Le quartet


Dans le monde du blues, il y a ceux qui Dans le monde du blues, il y a ceux qui respectent une histoire et une tradition séculaire, et il y a ceux qui prennent cette musique comme on prend une matière première qu’on façonne à sa guise. Le Juke Joints Band appartient à cette dernière catégorie. Ne cherchant à ressembler à personne, dévoilant au fil des compositions et des reprises ses influences multiples et variées, ce quartet rugissant brille à la fois par l’expérience des vieux brigands qui le composent et par la fraîcheur d’un répertoire neuf, énergique et sans complexes. Point d’étalage de virtuosité ici : seuls comptent l’énergie, l’intensité, la musicalité et l’émotion. Pas non plus de grands tubes radiophoniques à attendre d’eux, mais des compositions originales et des reprises de styles parfois très éloignés, pour lesquelles le groupe s’octroie une liberté d’interprétation pouvant l’emmener très loin des versions originales. En bref, solidement expérimentés mais débutants dans ce répertoire, évoluant dans un univers musical inconnu mais qui semble familier, tout ça pourrait paraître contradictoire, mais fait un tout cohérent, costaud, qui vous emmènera dans un voyage à travers le temps et l’espace, deux grosses heures de vol dans la galaxie JJB, ça ne s’oublie pas. Basse : Michel Teulet Batterie/chant : Rosendo Frances Chant : Chris Papin Guitares : Ben Jacobacci